Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/04/2007

Grands débutants (3): Nichez!

La troisième étape, finale, à franchir avant de devenir un vrai blogueur consiste à choisir la niche dans laquelle vous allez opérer. Quoi? Vous dites? Un blog, ce n'est pas un journal perso? Et un journal, ce n'est pas raconter les choses comme elles viennent, comme elles vous passent par la tête? 

A ces objections qui paraissent pertinentes, je réponds simplement qu'il faut être une personnalité sacrément publique et charismatique pour que des lecteurs qui ne vous connaissent pas s'intéressent à ce que vous pensez sur tout et sur rien. Un blog intime a ainsi de vos fortes chances de n'intéresser que vos proches... à qui vous pouvez tout aussi bien confier vos pensées en direct! Mais bon, si c'est votre choix, ce n'est pas moi qui vous en dissuaderai. Chacun occupe ses loisirs comme il l'entend!

Si votre objectif, par contre, est d'être lu et de convaincre, de devenir en quelque sorte à votre tour un personnage public qu'on lit et qu'on écoute, je ne peux que vous recommander de choisir, parmi tous vos centres d'intérêt, un sujet, une thématique, une "niche d'expertise" (mieux vaut parler de ce que l'on connaît... et de ce sur quoi l'on a quelque chose à dire!). Si vous lisez l'anglais, voyez par exemple ici ce qu'en dit Chris Garrett

Et si vous êtes simplement intéressé ou passionné par un sujet, sans en être déjà un expert, pourquoi ne pas commencer simplement par un blog "aggrégateur", dans lequel vous rassemblerez toute l'information que vous trouvez sur le Net? N'ayez pas peur: tous les sujets sont bons, des recettes de cakes salés à la philatélie, en passant par la politique dans votre commune, la comptabilité ou la jurisprudence des troubles de voisinage en zone rurale. Ce qui compte, c'est que le sujet vous passionne. Et que votre passion soit communicative.

Vous aurez compris qu'autant je vous recommandais, en entamant cette série, de "jouer" avec un blog anonyme pour en comprendre le mode de fonctionnement et les exigences, autant je vous engage maintenant à programmer votre démarche. A choisir votre niche. A vous fixer des objectifs. Même si ce n'est pour vous qu'un hobby. Tout ce qui mérite d'être fait, mérite d'être bien fait!

 

Précédents articles de la série:

  1. Jouez!
  2. Lisez!

Prochain article dans cette série: samedi 5 mai

26/04/2007

Qu'est-ce qui fait un blog?

Quelle est la différence entre un blog et un autre site internet? Poser cette question n'est qu'une autre façon de chercher une définition pour les blogs.

Il y en a une multitude, presque autant que d'internautes qui se sont essayé à en trouver une...

Moi, je vous propose ici une autre démarche: nous allons examiner un site et nous demander si c'est un blog. Un site au hasard? Pas vraiment. L'idée de ce billet m'est venue hier, en lisant vos commentaires sur mes précédents articles. Thib, qui participe à Bepol, un "portail communautaire" (je reviendrai plus tard sur ce concept) consacré à la politique belge et internationale, nous signale ainsi qu'il a trouvé, lui, un CdH blogueur.

J'ai donc été me promener sur le site de Michel De Lamotte, député wallon et chef de groupe CdH. Voici un rapide compte-rendu de ma visite:

  1. A première vue, c'est bien un blog (assez classe dans son design, d'ailleurs, les couleurs sans doute) puisque c'est hébergé sur la plate-forme ad hoc de Skynet. Notez que ce type d'hébergement n'est pas une obligation. Il y a même fort peu de blogueurs professionnels sur ce type de plate-forme. C'est un peu comme pour les e-mails: une adresse de type hotmail, gmail ou yahoo, ça va pour un particulier, à titre privé, mais pour une entreprise ou pour une activité professionnelle, ça ne fait pas très sérieux. Et si ça a des avantages, il y a aussi des inconvénients. En termes de référencement par exemple.
  2. Le coeur du site est constitué par des billets publiés dans l'ordre chronologique inverse (le plus récent arrive en premier). Comme dans un blog.
  3. Curieusement toutefois, ces billets ne sont ni archivés, ni classés en catégories. Bonne chance pour retrouver ce qui a été écrit sur les sujets qui vous intéressent!
  4. Il y a des liens hypertexte dans la plupart des billets, mais rarement vers d'autres blogs. Ce n'est pas rédhibitoire, mais on commence à sentir que ces renvois sont là pour illustrer le propos, pas pour entamer au débat.
  5. On en arrive ainsi au point crucial: pas moyen pour le lecteur de faire des commentaires! Vous me direz qu'il y a un bouton, à gauche, pour "vos commentaires" mais quand vous cliquez, vous arrivez sur un formulaire qui vous permet seulement d'envoyer un "bête" e-mail à monsieur De Lamotte, sans référence aucune à un article précis.

Voici donc un site plutôt bien fait, qui a presque toutes les apparences d'un blog et qui est étquetté comme tel; mais qui n'est pas vraiment (vraiment pas?) un blog, à mon humble avis. Parce qu'en passant en revue tous ces points qui m'ont été inspirés par Wikipédia, j'en viens à considérer que l'interactivité et le dialogue sont des éléments essentiels du blogging. Pas les seuls, mais parmi les plus importants.

Le blog, c'est de la communication horizontale. Un échange. Notre blogueur-cobaye, lui, en est resté à la communication verticale traditionnelle, qui consiste simplement à tenter de faire passer un message à un public-cible.

On peut se demander si c'est la meilleure façon de procéder pour atteindre les objectifs qu'on poursuit en communiquant avec ses semblables. Mais ça, ce n'est pas mon affaire ici. C'est celle de M. De Lamotte!

25/04/2007

Charmes et risques des commentaires

Déposez des commentaires sous les posts des autres. Tous les blogueurs adorent ça, c'est la preuve qu'ils existent. Et puis pour vous, c'est un bon entraînement!

Mais faites-le à bon escient, seulement si vous avez quelque chose à dire qui vaille d'être lu (selon vous...). Si vous êtes d'accord avec l'auteur, apportez au moins un complément d'information, un éclairage original, rectifiez un détail... Et si vous ne l'êtes pas, dites-le poliment, mais avec assurance. Les polémiques sont un des charmes de la blogosphère, il faut que ça ferraille!

Attention toutefois au ton. Comme les courriels, les blogs sont écrits sur le ton de la conversation. Mais sans les intonations et les mimiques dont on peut user en face-to-face. Et sans la possibilité de résoudre immédiatement les malentendus.

Les courriels, justement, peuvent être des instruments dangereux, à manipuler avec précaution (voyez cet article déjà ancien mais toujours actuel du Christian Science Monitor). Les blogs aussi. Je viens ainsi de me faire passer auprès d'un autre blogueur pour un emmerdeur pompeux (je suis un peu emmerdeur, mais pompeux, j'espère bien que non!), pour avoir donné un avis un peu "carré" sur sa pratique. Dommage. Mais on peut toujours essayer de se rattraper, pourvu que l'autre vous en donne l'occasion.

Et donc: quand vous commentez le post d'un autre, abonnez-vous au fil de discussion pour être averti des éventuelles réactions à vos propos...

24/04/2007

Soyez des "journalistes", mais ne copiez pas les journaux!

Je lis régulièrement plusieurs blogs de journalistes, dont ceux de La Libre, évidemment. Bien écrits, pertinents, intéressants, mais... d'où me vient parfois cette impression de déjà vu, de déjà lu?

Probablement de ce que certains posts sont souvent conçus comme des articles de presse "papier". Des éditos rentrés, des choses vues, des à côtés qui n'ont pas trouvé place dans l'édition du jour.

C'est loin d'être inintéressant, je le répète, mais les blogs ont une langue propre, spécifique. Et on ne les lit pas de la même façon qu'on lit un article de journal. Il faut donc bien qu'il y aie aussi une autre façon de les écrire.

  1. D'abord, il y a le sujet. Prenons l'exemple des élections présidentielles en France, puisqu'apparemmet elles intéressent autant les Belges que nos voisins. A quoi sert-il d'éditorialiser à ce propos dans un blog? On n'a pas lu et entendu assez de commentaires dans les journaux et à la télé? Pas facile d'écrire là-dessus quelque chose qui vaille d'être lu. Paris Libre l'a tenté ce week-end et je trouve ça plutôt chouette.
  2. Ensuite il y a le ton, le style. Si décontractée soit-elle pour se conformer à l'air du temps, la plume du journaliste n'échappe pas à une dose d'amidon. On n'écrit pas comme on parle. Sauf dans un blog. Pour citer Loïc Le Meur (voyez sous le titre de son site renommé): les medias traditionnels diffusent des messages, les blogs démarrent des conversations.
  3. Enfin et surtout, il y a l'objectif. La presse a pour vocation de traiter de vastes sujets de manière synthétique. Les blogs ne sont jamais aussi passionants que dans la "niche" qui leur est propre.

Ce qui vaut pour les journalistes est aussi vrai pour les blogueurs "ordinaires". Un éditorial de Monsieur Tout-le-Monde réussira rarement à marquer les esprits. Une information sur ce qui est arrivé de signifiant près de chez lui, si. Comme aussi son point de vue sur un sujet relevant de son expertise propre.

23/04/2007

Placez dans vos posts des liens vers d'autres blogs

Une tendance naturelle du blogueur néophyte - et de tout écrivain, plumitif ou scribouilleur généralement quelconque - est d'écrire avant tout pour lui-même. Grave erreur, si du moins il espère être lu. Sur les blogs surtout, le lecteur cherche quelque chose: une info, un avis, un savoir, un conseil...

Le moyen le plus efficace d'enrichir et de crédibiliser vos posts est d'y insérer des liens hypertextes (voyez ici l'article de l'encyclopédie Wikipédia) vers d'autres blogs ou adresses URL. Ils seront à vos articles ce que les notes de bas de page et références bibliographiques sont à un ouvrage sérieux. Imposez vous donc cette discipline que j'observe toujours moi-même: jamais un post sans au moins un lien! Ou alors exceptionnellement, avec de bonnes raisons de déroger à la règle.

Votre lecteur vous en saura gré et c'est l'essentiel. Mais l'auteur du texte auquel vous renvoyez vous sera également reconnaissant: le nombre de liens "entrants" est un des principaux critères d'évaluation des blogs par les moteurs de recherche.

Renvoyez à vos sources, c'est d'une honnêteté élémentaire, mais n'hésitez pas non plus à citer des compléments d'information ou même des avis contraires aux vôtres: la polémique (courtoise) est un des charmes principaux de la blogosphère.

Tout le monde y gagne: le lecteur, l'auteur cité et vous-même. Vous y gagnerez du trafic... et des liens!

Techniquement, rien de plus facile.

  1. Copiez d'abord l'URL du document à citer dans la fenêtre de votre navigateur (raccourci clavier: CTRL+C);
  2. Revenez à votre éditeur de blog et sélectionnez les mots marquant le lien;
  3. Ouvrez ensuite la fenêtre du gestionnaire d'hyperlien (ici, en cliquant sur le globe terrestre accompagné d'un maillon de chaîne, en haut de l'éditeur);
  4. Copiez y l'URL (raccourci clavier: CTRL+V);
  5. Cliquez sur "Insérer";
  6. C'est fait! N'oubliez cependant pas de vérifier que le lien fonctionne bien.

Pour en savoir plus: cet excellent article de redaction.be.

22/04/2007

Grands débutants (2): Lisez!

Avant de bloguer vous-même pour de bon, ce qui revient au fond à vous immiscer dans une gigantesque conversation planétaire entamée il y a une dizaine d'années, il serait sans doute sage de chercher à en savoir un peu plus sur vos voisins de table. Pour ça, une seule solution: écoutez ce qui se dit. Si, au cours d'une réception, vous arrivez dans un groupe qui discute de façon animée depuis quelque temps déjà, vous n'allez pas prendre la parole avant d'avoir compris qui est qui et qui pense quoi, non?

Dans la blogosphère, c'est la même chose. Pour se faire entendre, les nouveaux venus ont un intérêt primordial à s'acclimater au milieu. Et donc à lire des blogs. Quels blogs? Comment les trouver?

 

Lire quels blogs? Comment les trouver?

 

Il y a plus de 70 millions de blogs dans le monde. Un sur 50 est en français (et un sur trois est en anglais), selon le plus récent état de la blogosphère établi par David Sifry. Si vous ne structurez pas votre démarche, c'est la noyade assurée...

  1. Vous allez donc établir la liste des sujets qui vous intéressent. Limitez-la au départ à deux ou trois thématiques, selon vos goûts. J'en prends une au hasard: le thé. Pourquoi? Pourquoi pas?
  2. Ouvrez ensuite un moteur de recherche spécialisé, par exemple: Technorati (ou blogsearch de Google, ou...). Cliquez ici, voilà qu'il s'affiche dans une nouvelle fenêtre...
  3. Dans la case "search for", en haut de l'écran, tapez tout simplement le mot "thé". Et dans la liste déroulante à droite, pointez d'abord sur "in blog directory". Le moteur vous propose immédiatement 155 (!) blogs comprenant le mot "thé" dans son intitulé... En ouvrant ces différents sites dans l'ordre, vous tombez finalement sur un premier blog qui semble répondre à vos préoccupations: "La Galette de Thé" (pour ma recherche menée le 20 avril). Ouvrez le et rangez le immédiatement dans vos favoris (ou mieux: abonnez-vous à son flux RSS si vous maîtrisez déjà la technique, dont je parlerai plus tard).
  4. Bonne nouvelle: les liens recommandés par ce blog comprennent une vingtaine de nouvelles références, d'autres sites sur le thé. Sélectionnez en une dizaine pour vos favoris ou pour votre liste de flux.
  5. Lisez les nouveaux articles au jour le jour. Explorez les archives. Une fois que vous vous sentez prêt, postez vos premiers commentaires: vous voilà devenu un vrai blogueur organisé. Bienvenue au club...
  6. Même si vous ne publiez jamais de blog bien à vous sur le thé, vous aurez considérablement enrichi vos connaissances et décuplé votre plaisir à déguster ce divin breuvage découvert par le Bouddha, dit-on... Mais le plus probable, c'est que vous aurez bientôt votre propre site sur le sujet...

 

Avertissement final

 

ATTENTION! Le blogging peut facilement devenir frénétique et dégénérer en addiction. Je vous recommanderai donc pour finir de vous fixer des limites, de planifier vos sessions de travail. Pour notre amateur de thé ci-dessus, par exemple, une ou deux heures tel ou tel jour (ou chaque jour) de la semaine; ou le samedi de 9 à 12; ou tout ce que vous voudrez. Mais croyez-moi, c'est important. Sinon, vous vous laisserez vite dévorer par votre nouvelle passion, jusqu'à ce que vous compreniez qu'elle était excessive. Et jetiez, fâché, le pauvre bébé avec l'eau tiédie de son bain.

 

 

Précédents articles de la série

1. Jouez!

 

Prochain article dans cette série: samedi 28 avril.

Liens: blogs politiques belges

Conformément à une (bonne habitude) bien établie dans la blogosphère, je consacrerai régulièrement un post à des liens vers des blogs susceptibles d'intéresser mes lecteurs. Dans la perspective des élections du 10 juin prochain, voici une première série consacrée à la politique belge.

  • Un "agrégateur vertical": Laurent Goffin, blogueur polyvalent, a eu la bonne idée de publier un site s'efforçant de rassembler les sources d'information consacrées à la politique belge sur le web: politique.belgoblog. Le site est inaccessible ce soir, mais ce doit n'être que temporaire. Pour une présentation générale, voyez cet autre blog de laurent: gwix.net.
  • Une revue critique (et souvent amusante) des sites politique du Royaume: le 10 juin 2007, on vote!!!

Des personnalités politiques:

  • Le blog d'Elio: oui, c'est bien lui... Il a commencé très "pro", un peu trop même, ça manquait de spontanéité, mais c'est maintenant plus crédible, plus spontané (à moins bien sûr que ses ghost writers aient adapté leur style...;-)
  • Alain Destexhe: le poil à gratter du MR...
  • Jean-Luc Crucke: député régional wallon MR et bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing
  • Jean-Claude Marcourt: le ministre régional PS de l'Economie est lui aussi un blogueur convaincu; 
  • Christos Doulkeridis: pas un blog, mais le site plutôt bien foutu du président Ecolo du parlement bruxellois
  • André Flahaut: les humeurs brabançonnes du ministre de la Défense
  • Rudy Demotte: encore un ministre socialiste...
  • Marc Van de Weyer: à saluer: un échevin MR de Berchem-Ste-Agathe qui sait vraiment ce que bloguer veut dire!

Des journalistes et des blogueurs:

  • Rue de la Loi: le blog de Fabrice Grosfilley (RTL-TVI)
  • Eigen Blog eerst: en français comme ne l'indique pas le titre, le blog de deux jeunots qui rapportent leurs chroniques d'ex-Belgislavie...
  • Humeur allochtone: Mehmet Koksal sur les allochtones de Belgique.

Voili voilà pour une première fournée. N'hésitez pas à me faire part de vos découvertes. Et si vous trouvez un CdH blogueur, dites-le moi: j'en cherche... Joëlle Milquet s'y était mise, mais c'était juste le temps de se faire élire à Bruxelles-Ville...;-) Incidemment, dites-moi aussi quels sont vos thèmes de prédilection, que je vous serve des liens qui vous intéressent!

21/04/2007

Les buzz-marketers masqués sont déjà là!

Oui, je suspecte déjà la présence sur blogs.lalibre des gars du marketing. Forcément me direz-vous. Une telle plate-forme fait inévitablement partie d'une politique commerciale dans le chef de ceux qui l'organisent. Je n'y vois rien de dérangeant. Je trouve même ça intelligent. Et s'il y a moyen d'en profiter, ça ressemble même furieusement à un partenariat win-win.

Non, je parle des blogs, de certains blogs. Et des commentaires que l'on reçoit, de certains commentaires.

La technique, insidieuse, est simple: vous créez un personnage fictif, un vrai faux blogueur qui explore un univers bien ciblé. Les libreblogueurs par exemple. Vous créez son site sur la plate-forme, c'est gratuit. Et vous draguez le chaland en déposant chez lui des commentaires qui vont l'inciter à vous rendre visite à son tour. Certains sites de rencontre, par exemple, sont de grands utilisateurs de ce procédé. Ils sont déjà là, je crois...

Faut-il appeler la police? Mais non! Il faut être sur ses gardes, c'est tout. Depuis plus de dix ans qu'elle existe, la blogosphère fait elle-même sa police, les internautes sont perspicaces. Et expéditifs. Comme au far-west de mon enfance: quand un intrus est repéré, le buzz  se retourne contre lui. De proche en proche, le tricheur est dénoncé, déconsidéré. Et reconduit à la frontière, seulement vêtu de goudron et de plumes...

N.B.: le buzz, dans la langue du marketing, désigne la rumeur, le produit exponentiel du bouche-à-oreille. Redoutablement efficace. Effets secondaires à surveiller: la technique peut facilement être utilisée pour tromper, mais la tromperie découverte se retourne souvent contre son auteur. Voyez par exemple le site des chasseurs de canulars francophones.

 

Grands débutants (1): Jouez!

Je vous fais un aveu: les informaticiens et moi, on a un problème de communication. Je leur pose des questions qui les amènent parfois à sourire (discrètement) et je reçois des réponses que moi, souvent, je ne comprends pas. C'est comme ça. Nos disques durs respectifs ne doivent pas avoir été formatés de la même façon.

Tenez: les blogs. La première fois que j'en ai entendu parler, ce devait être en 2003 ou 2004. Je n'étais déjà pas en avance. A l'époque, je dirigeais BioVallée, le centre de recherche en biotechnologie de l'ULB à Charleroi. La Région wallonne nous pressait de dynamiser notre site web. J'interrogeais Frédéric, notre webmaster. Je lui demandais ce que c'était, en deux mots, un blog. Et si ça pouvait être une solution pour nous. Il m'a toujours répondu très gentiment, avec beaucoup de détails, mais je n'ai jamais vraiment compris, alors, de quoi il retournait exactement.

Ce n'était pas sa faute, à Frédéric, qui était (et doit toujours être) une star dans sa branche. Ce n'était pas la mienne non plus, je crois. Nous ne parlions pas tout-à-fait la même langue, c'est tout.

Aujourd'hui, après bien des efforts, je crois avoir enfin compris. Grâce à ceux qui les écrivent, les blogs... Et à la pratique.

C'est pour ça que pour apprendre, le meilleur conseil que je peux vous donner, si vous vous demandez comme Michel Konen, le rédacteur en chef de La Libre, à quoi ça peut bien servir, c'est de prendre votre courage à deux mains et d'en ouvrir un. Ici, sur blogs.lalibre ou ailleurs, sur n'importe laquelle des plate-formes gratuites généreusement mises à notre disposition: blogger.com, skynetblogsskyblog, hautetfort.com et tant d'autres.

Ouvrez-en donc un, mais n'espérez pas réussir du premier coup, au-delà de la prouesse technique consistant à mettre votre blog en ligne et à le rendre accessible à toute la planète.

Personnellement, j'ai commencé sur blogger (la plate-forme de Google), vers la mi-2006, pour faire comme mon collègue Pierre Stiévenart, qui se fait malheureusement rare sur la Toile, depuis sa retraite bretonne. Mais j'ai vite lâché. En ayant découvert que ce n'est pas la technologie qui pose problème au néophyte (elle est simplissime, la technique de base!) Mais le contenu. Même pour le journaliste polygraphe que je fus...

Créez donc un blog, votre premier blog, mais faites le sans tapage. Cachez vous sous n'importe quel pseudo. La seule façon de vous identifier sera votre adresse e-mail, connue seulement des gestionnaires de la plate-forme. Et... jouez! Faites des gammes, des essais. Publiez n'importe quoi (dans les limites de la loi et de la bienséance:-). Ce sera sans conséquence, à l'abri de votre anonymat. Allez, une suggestion qui me vient comme ça: pourquoi pas un blog sur vos premiers pas dans la blogosphère? On appelle ça un meta-blog...

 

20/04/2007

Avant de créer un blog, prenez le temps de réfléchir!

Créer est un blog est si facile que l'opération ne doit pas vous prendre plus de quelques minutes, même si vous êtes nul en informatique. Nombreux sont dès lors ceux qui mettent leur charrue avant les boeufs qui vont avec, mettent leur blog en ligne sur un coup de tête et... se retrouvent un peu bébêtes devant la page blanche.

C'est probablement la raison pour laquelle le taux de mortalité infantile est si élevé dans la blogosphère: on estime généralement que la durée de vie moyenne d'un blog oscille entre trois et six mois. Et s'il y a actuellement plus de 70 millions de blogs dans le monde, selon les statistiques de Technorati, il est clair qu'un nombre important de ceux-ci sont à l'abandon.

Si vous ne voulez pas tomber dans la catégorie des blogueurs d'un jour, il s'indique de réfléchir au préalable au pourquoi de votre démarche.

Dans mon précédent post, je vous ai indiqué ce que vous alliez trouver sur Blog 101, et à quel rythme.

Ma recommandation est de vous mettre dans la situation d'écrire un article similaire, avant toute autre démarche. Et de répondre à ces trois questions:

  • Que vais-je écrire?
  • A qui?
  • Combien de fois par jour / semaine / mois?

N'hésitez pas à me faire part de vos avis et commentaires!